Vous vous trouvez ici: Page d'accueil
chercher

Abnégation

"Le Christ t’indiquera ta place et ton rang, qu’il soit élevé ou plus modeste, qu’il te convienne ou que tu en souffres. Estime-toi satisfait de ce que le Christ décide des deux, de ton travail et de ta situation, qu’il dispose de toi de toute façon."

John Wesley (1703 - 1791)

lundi 18. mars 2019 13:30Il y a : 20 hrs
/ Catégorie : D'Europe

À la croisée des chemins : le comité exécutif de la conférence centrale s’est réuni en Macédoine

Du 6 au 10 mars dernier, 40 membres et hôtes du comité exécutif de la Conférence centrale d’Europe du Centre et du Sud de l’EEM se sont réunis pour leur session annuelle à Monospitovo (Macédoine). Parmi les principaux points à l’ordre du jour figuraient l’élection de l’évêque et la suite à donner aux décisions prises lors de la conférence générale extraordinaire de fin février.

(Photo : Üllas Tankler)

Depuis de nombreuses années, la Conférence centrale d’Europe du Centre et du Sud rassemble des méthodistes de 16 pays, qui cheminent ensemble dans un contexte marqué par d’importantes différences linguistiques, culturelles, politiques, religieuses et économiques.

 

Des quotidiens difficiles

Ce sont justement ces différences économiques qui ont conduit les participants à consacrer une journée entière à des réflexions et des échanges sur le thème « Pauvres et riches ». Au vu des nouvelles statistiques permettant de comparer les conditions difficiles des habitants de la Macédoine à la situation vécue dans d’autres pays européens, le nombre effarant de jeunes qui ne voient plus aucun avenir dans leur pays et souhaitent partir à l’étranger n’a rien de surprenant. L’EEM en Macédoine s’efforce par des biais très variés d’aider les personnes qui souffrent de ce contexte pesant et de leur ouvrir de nouvelles perspectives. Les divers responsables ne doivent cependant pas être laissés seuls dans ces efforts. Comme l’ont souligné les études bibliques, les richesses que l’on trouve aussi dans la conférence centrale vont en effet de pair avec la responsabilité de partager.

 

Une communauté enrichissante

Est-il seulement possible, compte tenu des différences considérables qui existent entre les divers pays, de vivre une vraie communauté apte à cheminer ensemble ? À travers son vaste travail sur le culte, le groupe de travail « Liturgie » a démontré qu’un fondement commun peut tout à fait permettre une large variété et liberté d’organisation. Les responsables des groupes de travail « Enfants et adolescents » et du mouvement féminin ont quant à eux clairement établi que plus qu’une simple possibilité, cette communauté est une réalité vécue depuis de nombreuses années et riche en bénédictions. Les femmes ont ainsi mis en exergue le fait qu’elles apprennent les unes des autres, que les échanges mutuels élargissent leur horizon et qu’ensemble elles s’encouragent et s’aident matériellement à assumer des tâches de direction dans l’Église et la société. La suppression de ces relations par-delà les frontières serait une perte pour tout le monde.

 

Une communauté menacée

Cela dit, trouver un chemin commun en ce qui concerne les partenariats entre personnes de même sexe semble plus problématique. À fin février 2019, la conférence générale extraordinaire de l’Église méthodiste mondiale a décidé à une faible majorité de confirmer son appréciation négative de la pratique de l’homosexualité et de renforcer les dispositions applicables en la matière. Depuis, les tensions se sont tellement exacerbées qu’elles menacent de déchirer l’EEM non seulement sur le plan mondial, mais aussi au niveau de la conférence centrale. Monospitovo a ainsi été le théâtre de nombreuses discussions longues et houleuses sur ce sujet. Malgré la réaffirmation constante, tout au long des débats, de la volonté de rester ensemble, les divergences d’opinions à l’égard des partenariats fidèles vécus entre deux personnes de même sexe et de l’interdiction pour des personnes homosexuelles d’exercer un ministère au sein de l’Église sont restées très fortes.

La question de savoir si, au vu du désaccord sur cette seule et unique question, il est encore envisageable de poursuivre la route ensemble est restée en suspens. Le comité exécutif a donc institué un groupe de réflexion chargé, au cours de l’année à venir, de concevoir et d’étudier des scénarios visant à permettre à l’EEM dans les différents pays de la conférence centrale de rester le plus étroitement liée et/ou unie possible. Durant leurs sessions de cette année, les conférences annuelles n’auront aucune décision à prendre à ce sujet. Elles sont toutefois appelées à trouver un moyen adéquat de prendre le pouls de leurs membres, afin de soutenir le groupe de réflexion dans son travail.

 

Des élections au ministère épiscopal à préparer

L’une des tâches que les conférences annuelles devront accomplir cette année est d’élire les délégués à la conférence générale 2020 et à la conférence centrale 2021. Au-delà de décider comment gérer à terme les décisions finales de la conférence générale, ces délégués auront la responsabilité d’élire la nouvelle ou le nouvel évêque de la Conférence centrale d’Europe du Centre et du Sud. Lors de sa session à Monospitovo, le comité exécutif a définitivement approuvé le processus de nomination et d’élection à suivre à cet égard.

 

Une écoute mutuelle active

Durant l’année écoulée, le groupe de travail « Théologie et ministères ordonnés » s’est penché sur le livre de David Field « Zu lieben sind wir da » (NdT : « Nous sommes là pour aimer »). L’une des affirmations qui en est ressortie est la suivante : « L’écoute active et le fait de prendre conscience que je n’ai pas toujours raison et que l’autre n’a pas forcément tort sont des impulsions importantes de l’amour. Comment pouvons-nous être convaincus d’une chose et dans le même temps accepter qu’il est possible que nous ayons tort ? » Nous aurons sans aucun doute besoin de cette écoute active, respectueuse et bienveillante, et de la conscience de la nécessité de se compléter mutuellement pour pouvoir continuer à cheminer ensemble à l’avenir malgré toutes nos différences, et peut-être justement ainsi poser un signe d’espérance dans le monde.

 

Auteur : Urs Schweizer, assistant de l’évêque Patrick Streiff, Zurich


Nouvelles

28.02.2019

Conférence générale : Le «Traditional Plan» adopté à une faible majorité

Les méthodistes réunis en Conférence générale ont confirmé leur appréciation négative de la...

27.02.2019

Conférence générale : Seul le « Plan traditionnel » est transmis à la session plénière

Les délégués à la Conférence générale de l’Eglise Evangélique Méthodiste mondiale, réunie à St....

26.02.2019

Conférence générale : les délégués déterminent l’ordre des motions

Au deuxième jour de session, les délégués à la Conférence générale ont déterminé l’ordre dans...

United Methodist Church