Vous vous trouvez ici: Page d'accueil
chercher

Bon sens et Ecirture

"Je me laisse rarement guider par des impressions, mais plutôt, de manière générale, par le bon sens et les Saintes Ecritures."

John Wesley (1703 - 1791)

vendredi 08. février 2019 15:27Il y a : 12 days
/

« Nous reconnaissons que nos avis divergent »

Dans le cadre d’un entretien avec Todd Rossnagel pour le site Internet onechurchplan.org, l’évêque Patrick Streiff répond à la question de savoir pourquoi, dans les discussions actuelles de l’Église Méthodiste Mondiale sur les questions relatives à la sexualité humaine, il soutient le « modèle pour le maintien de l’unité de l’Église » (One Church Plan)

( Photo : EMK Schweiz )

Depuis plus de 50 ans, les diverses appréciations des questions relatives à la sexualité humaine, et en particulier les avis concernant l’homosexualité, font l’objet de vives discussions lors des sessions de la Conférence générale, la plus haute instance législative de l’Église libre.

Une Conférence générale extraordinaire a été convoquée à fin février afin de débattre et de décider de la manière dont les méthodistes du monde entier entendent traiter les différences d’appréciation. Pour l’essentiel, deux propositions de modèles sont en discussion : le « modèle pour le maintien de l’unité » (One Church Plan), appuyé par la majorité du « Conseil des évêques » de l’Église méthodiste mondiale, et le « modèle du maintien de l’ordre établi » (Traditional Plan), soutenu par les milieux conservateurs de l’Église libre.

Todd Rossnagel, pasteur méthodiste chargé de communication de la Conférence annuelle de Louisiane (USA), a donc interrogé l’évêque Patrick Streiff, évêque de la Conférence centrale d’Europe du Centre et du Sud, dont font partie la Suisse et la France, afin de connaître les raisons pour lesquelles il privilégie – notamment à la lumière des expériences réalisées dans le cadre de son territoire épiscopal – le « modèle pour le maintien de l’unité de l’Eglise ».

Une grande diversité
Au cours de l’entretien, Patrick Streiff rappelle que son territoire épiscopal comprend 16 pays, allant de la Pologne et des Balkans à l’Autriche, la Suisse et la France en passant par l’Afrique du Nord, ce qui en fait probablement l’un des territoires épiscopaux comportant la plus grande variété d’opinions et de cultures. Cette diversité se retrouve dans le large éventail de points de vue différents sur les questions posées.

Le respect de la décision de conscience
Le « modèle pour le maintien de l’unité » apporte quelque chose de neuf, « en particulier dans le sens qu’il assure le respect de la décision de conscience de chacun », explique l’évêque Streiff au cours de la conversation. Dans le passé, les discussions menées dans le cadre de l’Église mondiale ont souvent été caractérisées par le fait que la partie opposée était contrainte à accepter l’opinion de l’autre comme étant la vérité. « L’un des grands avantages du ‘modèle pour le maintien de l’unité de l’Eglise’ réside dans le fait qu’on y reconnaît que nous avons des avis divergents. Il nous faudra probablement encore apprendre comment cheminer ensemble en tenant compte de ces différences.

Une expérience en matière de diversité
L’évêque Streiff ajoute qu’en raison de cette immense diversité et hétérogénéité, une aptitude à gérer ces différences s’est peu à peu développée au sein du territoire épiscopal. « À l’époque, c’était le seul territoire épiscopal au sein duquel des habitants des pays communistes collaboraient avec des gens d’Europe de l’Ouest. » On a ainsi construit des ponts et établi une coopération, qui, à maints égards, est allée bien au-delà de tout ce qu’on pouvait envisager en ce temps-là. Des relations personnelles fortes se sont nouées. « Mon espoir, dit l’évêque Streiff, est que cette base, qui nous rappelle tout ce que nous avons en commun, nous permettra de continuer à œuvrer ensemble – même si, dans ce cas particulier, nos avis divergent. » 

Un contexte plus large
Todd Rossnagel poursuit l’entretien en posant des questions plus substantielles ; il demande par exemple s’il s’agit vraiment de la question de la sexualité humaine et non pas, plus fondamentalement, de notre compréhension de la Bible. Il évoque aussi des processus de changements structurels amorcés il y a longtemps déjà en arrière-plan, dans le but de permettre aux territoires épiscopaux de se doter de conditions générales de travail mieux adaptées au contexte régional.

Une nouvelle culture du vivre-ensemble
Face à ce qu’il qualifie de « situation de déchirement totalement inédite » au sein de l’Église méthodiste mondiale, Todd Rossnagel demande à l’évêque Streiff ce qu’il espère. Celui-ci lui répond : « J’espère que si nous redécouvrons que le Christ est la ‘tête’ de l’Église, que nous croyons tous en Jésus-Christ et sommes sauvés par lui, nous aurons une base solide sur laquelle nous pourrons vivre ensemble, travailler ensemble et nous respecter mutuellement – et ainsi incarner une nouvelle culture du vivre-ensemble. »

 

Les entretiens

Todd Rossnagel s’entretient avec divers évêques de l’Église méthodiste mondiale pour savoir pourquoi ils soutiennent le « modèle pour le maintien de l’unité de l’Eglise » (One Church Plan). Tous les entretiens ont lieu en anglais.


Tous les entretiens sont disponibles sur le site Internet onechurchplan.org
Outre l’entretien avec l’évêque Patrick Streiff (mp3 à télécharger), on y trouve une série de discussions antérieure contenant entre autres une interview de l’évêque Harald Rückert (mp3 à télécharger), de la Conférence centrale d’Allemagne.

Conférence générale

L’évêque Patrick Streiff a fourni à mi-décembre différentes informations sur la session extraordinaire de la Conférence générale, les propositions de modèles qui y seront discutés et le processus de suivi en Suisse.


Nouvelles

14.12.2018

L’ombre persistante de la Conférence générale du 23 au 26 février 2019

L’organe législatif suprême de l’Église Évangélique Méthodiste, à savoir la Conférence générale,...

07.12.2018

LA MISSION MÉTHODISTE A 200 ANS : PARTAGEZ VOS HISTOIRES POUR ILLUSTRER LE TRAVAIL ACCOMPLI

Lorsqu’ils acceptent de s’engager dans la mission de Dieu, les méthodistes transforment le monde. À...

09.11.2018

Cour juridique : le modèle « Une Église Unique » est largement conforme à la constitution

La cour juridique, la plus haute juridiction de l’Église Évangélique Méthodiste (EEM), a examiné...

United Methodist Church