Vous vous trouvez ici: Page d'accueil
chercher

Bon sens et Ecirture

"Je me laisse rarement guider par des impressions, mais plutôt, de manière générale, par le bon sens et les Saintes Ecritures."

John Wesley (1703 - 1791)

vendredi 09. novembre 2018 10:44Il y a : 34 days
/ Catégorie : Du monde

Cour juridique : le modèle « Une Église Unique » est largement conforme à la constitution

La cour juridique, la plus haute juridiction de l’Église Évangélique Méthodiste (EEM), a examiné trois modèles envisagés pour servir de base à l’orientation future de l’Église afin de déterminer s’ils étaient conformes à la constitution. Ce faisant, la cour juridique a établi que le modèle « Une Église Unique » est largement conforme à la constitution.

L’évêque Cynthia Fierro Harvey lors de son audition par la cour juridique à Zurich (Photo : Diane Degnan, umcom.org)

Lors de sa séance du 23 octobre 2018 à Zurich, la cour juridique de l’EEM a conduit une audition publique sur les trois modèles proposés par la commission « La voie à suivre » qui seront soumis en février 2019 à la décision de la session extraordinaire de la Conférence générale, l’instance législative suprême des méthodistes. Les trois modèles visent à trouver des approches différentes pour mettre fin à la désunion régnant depuis des décennies au sujet de l’homosexualité.

 

Un mandat strictement juridique
Dans sa décision, la cour juridique a souligné que son mandat consiste à « déterminer si les pétitions législatives sont conformes à la constitution, sans se prononcer sur leurs avantages ou leur utilité ». Il appartient à la Conférence générale de décider de la pertinence de chacun de ces modèles.


Réserves minimales concernant le modèle « Une Église Unique »
La décision de la cour juridique relative aux trois modèles a été prise à l’unanimité. En l’occurrence, le modèle d’une Église Unique a été jugé largement conforme à la constitution. Ce modèle éliminerait le langage restrictif du Règlement de l’Église et décentraliserait la prise de décisions relatives à l’ordination ou à la bénédiction ; les décisions dans ces domaines relèveraient alors des compétences des Conférences, voire des églises locales. Une proposition précisant quel niveau de l’Église aurait à décider des questions relatives au mariage ou à l’ordination devrait le cas échéant être élaborée par le Conseil des évêques. Le modèle protège expressément les droits de ceux dont la conscience ne permettrait pas de procéder à la bénédiction de couples de même sexe ou d’ordonner des personnes LGBTQ. Seule une phrase dans trois des 17 pétitions relatives à ce modèle a été qualifiée d’anticonstitutionnelle par la cour juridique. Dans son avis sur ce modèle, celle-ci relève que le principe organisationnel connexionnel de l’EEM « permet une contextualisation et une différenciation en fonction des différences géographiques, sociales et culturelles et offre un espace à la variété des croyances et des perspectives théologiques, mais ne requiert pas d’uniformité des normes morales et éthiques en rapport avec l’ordination, le mariage et la sexualité humaine. »

 

Réserves concernant le modèle « traditionaliste »
Dans le cas du modèle « traditionaliste », la cour juridique a jugé que 9 des 17 pétitions étaient entièrement ou partiellement anticonstitutionnelles. Ce modèle confirmerait les formulations actuelles du Règlement de l’Église et tenterait d’en forcer l’application. Le Règlement de l’Église de l’EEM mondiale stipule que « la pratique de l’homosexualité » est considérée comme « inconciliable avec la doctrine chrétienne ». Les bénédictions de couples de même sexe sont par conséquent interdites dans l’EEM. De plus, dans la version américaine, les personnes qui pratiquent ouvertement leur homosexualité ne peuvent pas être consacrées comme membres du corps pastoral.
Dans son avis relatif à ce modèle, la cour juridique relève que l’impartialité et l’indépendance des instances de jugement sont des caractéristiques fondamentales d’une procédure légale. Or si, comme cela est prévu par le modèle « traditionaliste », le Conseil des évêques devait statuer sur des personnes issues de ses propres rangs, l’impartialité et l’indépendance ne seraient plus garanties. En outre, cette démarche n’est pas conforme au but pour lequel le Conseil des évêques a été constitué.
Dans ses considérants sur ce modèle, la cour juridique relève également que la Conférence générale est compétente pour exiger un examen rigoureux visant à s’assurer que des personnes devant être ordonnées remplissent toutes les conditions prévues. La Conférence générale ne peut toutefois pas limiter cet examen à un seul aspect et déclarer de manière injuste comme inapte « un groupe particulier de candidats/candidates (à savoir ceux qui se désignent eux-mêmes comme des personnes pratiquant l’homosexualité) ». Le mariage et la sexualité ne sont que deux exigences parmi d’autres auxquelles les candidates/candidats doivent satisfaire pour être mandatés et ordonnés. « Les autres critères, qui portent par exemple sur l’engagement en faveur de la justice sociale, l’égalité en matière ethnique et des genres, ainsi que l’intégrité personnelle et financière, devraient tous faire l’objet d’un examen méticuleux et approfondi. »


Pas d’avis sur le troisième modèle
Un troisième modèle, dit « des Conférences connexionnelles » remplacerait les cinq juridictions états-uniennes par trois Conférences, dont chacune s’étendrait sur l’ensemble du territoire des États-Unis. Conformément aux différentes positions prises à l’égard de la sexualité humaine, il y aurait une branche progressiste, une branche contextuelle et une branche traditionaliste. Les Conférences centrales d’Afrique, d’Asie et d’Europe resteraient en l’état actuel et s’affilieraient à l’une de ces branches. Ce modèle requérant une modification de la constitution de l’Église ainsi que son approbation par la majorité des membres des Conférences annuelles, la cour juridique a opiné qu’elle n’était pour l’instant pas compétente pour l’examiner.

 

Annexe : Avis de droit de la cour juridique in extenso (anglais)
Source : Linda Bloom, UMNS


Nouvelles

07.12.2018

LA MISSION MÉTHODISTE A 200 ANS : PARTAGEZ VOS HISTOIRES POUR ILLUSTRER LE TRAVAIL ACCOMPLI

Lorsqu’ils acceptent de s’engager dans la mission de Dieu, les méthodistes transforment le monde. À...

26.10.2018

Cherchez la paix! Graphique de Myriam Streiff sur la mot d’ordre

Depuis des années. L’Eglise Évangélique Méthodiste (EEM) Suisse-France-Afrique du Nord édite sa...

16.03.2018

Commission sur une voie à suivre: 5 choses que vous devez savoir

En tant que méthodiste, vous avez peut-être entendu parler de quelques-unes des choses qui se...

United Methodist Church