Vous vous trouvez ici: Page d'accueil
chercher

Foi

"La foi en Christ n'est pas simplement un acte de refléxion ou de raison, une morne acceptation, une chaîn de representations cérébrales - c'est und attitude du coeur".

John Wesley (1703 - 1791)

vendredi 14. décembre 2018 09:42Il y a : 99 days
/ Catégorie : Du monde, CA CH-F

L’ombre persistante de la Conférence générale du 23 au 26 février 2019

L’organe législatif suprême de l’Église Évangélique Méthodiste, à savoir la Conférence générale, réunira, du 23 au 26 février 2019, quelque 850 délégués du monde entier. Cette session extraordinaire a été convoquée par le Conseil des évêques afin de prendre acte du rapport de la Commission « La voie à suivre » sur les questions liées à l’homosexualité et de rendre sa décision à cet égard. Le Conseil des évêques a invité les membres de l’Église à accompagner les délibérations dans la prière pendant toute la durée du processus.

(Photo : Maile Bradfield, UMNS)

Jusque-là, pas de problème. Mais quand on y regarde de plus près, tout se complique. Commençons par le plus simple : chacune des Conférences annuelles situées aux quatre coins de la planète peut envoyer au moins deux délégués ou un multiple de ce chiffre si elle est plus grande. La délégation se compose toujours à parts égales de laïques et de pasteurs (anciens ordonnés membres de plein droit de la conférence concernée). La Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord est ainsi représentée par Christine Schneider-Oesch et le surintendant Etienne Rudolph. À l’échelon supérieur, notre Conférence centrale d’Europe centrale et du Sud enverra un total de 14 délégués, alors que l’ensemble de l’Europe et de l’Eurasie en comptera 40, les Philippines 52, l’Afrique 258 et les États-Unis 504.


Le rapport de la Commission « La voie à suivre », composée de 32 membres, qui sera soumis à la Conférence générale, commence par décrire le mandat assigné à la commission, ainsi que sa vision et ses réflexions sur le contexte de son travail (cf. extraits de la « vision » et de la « conviction dans l’humilité »). La commission présente trois modèles destinés à régler la pratique de l’Église en matière d’homosexualité à l’avenir :

(1) un modèle traditionnel, qui renforce le règlement existant et exclut de l’EEM tous ceux et celles qui ne l’acceptent pas sans réserve ;

(2) un modèle d’Église unique, qui renonce aux sanctions en vigueur jusqu’ici, mais respecte et protège la décision de conscience de tous ceux et celles qui ont une conviction traditionnelle ;

(3) un modèle comprenant trois « associations » de conférences différentes regroupées sous l’égide de la Conférence générale.

Les membres du Conseil des évêques ont soutenu à une large majorité le modèle de l’Église unique. Il incombera toutefois aux délégués de la Conférence générale d’étudier ces modèles et de rendre leur décision de manière autonome. Les membres du Conseil des évêques n’ayant aucun droit de parole ni de vote à cet égard, ils se contenteront de présider la séance plénière officielle.


Jusque-là, pas (ou relativement peu) de problème. C’est après que ça se complique : parallèlement aux propositions de la commission (3 modèles, répartis en 48 motions), d’autres motions pouvaient être déposées en lien avec ces questions ; 51 motions ont ainsi été formulées. La Conférence générale doit faire un choix parmi toutes ces motions, qu’elle peut aussi combiner. Elle peut cependant aussi développer de toutes nouvelles solutions. Personne ne peut donc dire à l’avance si la majorité des délégués optera pour l’un des modèles initialement proposés par la commission ou pour une toute autre solution. Que la Conférence générale soit marquée par la volonté de conférer ensemble – en espérant que ce soit dans l’esprit du Christ !


Quelles seront les conséquences des décisions prises par la Conférence générale pour la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord ? Là encore, les réponses sont complexes, car tout dépend de ce qu’arrêtera la Conférence générale. Par « ce », il ne faut pas uniquement entendre ici le contenu de la solution choisie, mais aussi la structure retenue : les dispositions constitutionnelles seront-elles amendées ou pas ? Les Conférences annuelles seront-elles toutes contraintes de voter dans un délaid’une année sur la mise en œuvre inconditionnelle des décisions de la Conférence générale (p. ex. pour ce qui est du modèle traditionnel) ? Ou la Conférence centrale jouira-t-elle comme jusqu’ici d’un droit d’adaptation ? Si cette dernière possibilité existe, le règlement de l’Église actuel restera vraisemblablement en vigueur jusqu’à ce que la Conférence centrale de mars 2021 en ait adopté une nouvelle version.


Le Cabinet et le Conseil de la Conférence annuelle prévoient de communiquer les décisions rendues aussitôt après la Conférence générale. Nous prévoyons aussi d’organiser entre la Conférence générale et la Conférence annuelle des rencontres régionales à l’intention des pasteurs et autres responsables des circuits. Bien que deux blocs de discussions en lien avec les décisions de la Conférence générale soient d’ores et déjà planifiés pour la prochaine Conférence annuelle, nous ne saurons qu’après la Conférence générale comment traiter la suite des délibérations et des décisions aux différents niveaux de Conférences, à savoir la Conférence centrale et la Conférence annuelle. Le Cabinet et le Conseil sont déterminés à fournir les informations qu’ils reçoivent le plus rapidement et le plus objectivement possible. Nous prions tout particulièrement l’ensemble des méthodistes d’accompagner les délégués et leurs délibérations lors de la conférence générale dans un esprit de prière.

 

Évêque Patrick Streiff

Extrait du passage sur la « Vision »

 La commission esquissera une manière d’être Église conçue pour renforcer la présence du témoignage évangélique méthodiste dans un maximum de lieux de la terre. Cette voie doit nous permettre à la fois d’avoir autant de différences contextuelles que possible et de trouver un équilibre entre les différentes compréhensions théologiques de la sexualité humaine et l’aspiration à la plus grande unité possible. Cette unité ne reposera pas sur nos conceptions de la sexualité humaine mais sur notre affirmation du Dieu trinitaire qui nous appelle à être des personnes saintes, remplies par la grâce, dans la tradition wesleyenne.

Extrait du passage sur la « Conviction dans l’humilité » (1 Corinthiens 12-14)

Nous reconnaissons que nos membres ont un large éventail d’opinions à l’égard des relations entre personnes de même sexe et que leurs actions reposent sur des convictions sérieuses. Ils sont persuadés de leurs vues morales et s’efforcent de rester fidèles à ce qu’ils reconnaissent comme la vérité que Dieu souhaite voir l’Église défendre. Leurs vues divergent largement, au point de parfois se révéler irréconciliables. Nous prions pour que la mise en exergue de ces différences ne nous divise pas. Car nous reconnaissons et affirmons qu’en tant que membres de l’EEM nous avons beaucoup plus de points théologiques fondamentaux communs, qui nous unissent malgré nos différences. Ces points communs se reflètent dans notre manière d’exprimer et de gérer nos différences d’opinions. Aussi nous efforçons nous de promouvoir une attitude que nous avons appelée « conviction dans l’humilité », une attitude qui associe la sincérité des convictions qui nous divisent à l’humilité de croire que chacune de nos vues a peut- être besoin d’être corrigée. Elle comprend aussi une humble repentance pour toutes les situations dans lesquelles nous nous sommes comportés ou exprimés comme si nous devions gagner une bataille au lieu d’essayer de discerner ensemble des réponses inscrites dans la fidélité. C’est dans cet esprit que nous souhaitons souligner les convictions fondamentales qui caractérisent notre mouvement wesleyen, afin d’y ancrer notre quête de sagesse et de sanctification.


Nouvelles

18.03.2019

À la croisée des chemins : le comité exécutif de la conférence centrale s’est réuni en Macédoine

Du 6 au 10 mars dernier, 40 membres et hôtes du comité exécutif de la Conférence centrale d’Europe...

28.02.2019

Conférence générale : Le «Traditional Plan» adopté à une faible majorité

Les méthodistes réunis en Conférence générale ont confirmé leur appréciation négative de la...

27.02.2019

Conférence générale : Seul le « Plan traditionnel » est transmis à la session plénière

Les délégués à la Conférence générale de l’Eglise Evangélique Méthodiste mondiale, réunie à St....

United Methodist Church