Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Nouvelles et publications / Nouvelles
chercher

Chant

"Quand les méthodistes chantent, ils ne s’étirent pas ou ne demeurent pas assis de manière inconvenante. Ils ne chantent pas d’une voix traînante en trébuchant sur les mots. Ils se lèvent devant Dieu et le louent avec joie et bonne humeur."

John Wesley (1703 - 1791)

Détail des nouvelles

mercredi 06. décembre 2017 10:34Il y a : 225 days
/ Catégorie : De Suisse

Celle ou celui qui travaille la veille de Noël manque à sa famille

La veille de Noël est un jour de famille. Cette année, le début de la fête de la Nativité tombe sur un dimanche. Par conséquent, la Fédération des Églises protestantes de Suisse FEPS estime que les commerces doivent rester fermés ce jour-là.

Photo: iStock

Pendant l’Avent, les chrétiennes et les chrétiens se préparent à la fête de Noël. Si le jeûne pratiqué jadis est depuis longtemps abandonné, cette période est néanmoins considérée comme un temps de calme et de recueillement. Or beaucoup la perçoivent au contraire comme une période d’effervescence et de stress.

 

La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) estime qu’il faut tenir compte des besoins de l’ensemble de la population : elle demande donc que les magasins ne soient pas ouverts tous les dimanches de l’Avent, afin de laisser l’espace nécessaire pour entretenir nos racines et nos traditions chrétiennes communes. Cela d’autant plus que le quatrième dimanche de l’Avent coïncide avec le début de la fête de Noël. La FEPS soutient ainsi l’appel à la fermeture des commerces le dimanche 24 décembre et encourage les propriétaires à laisser leurs employées et employés passer cette journée en famille. « Celle ou celui qui travaille le dimanche manque à la maison. Et qui doit travailler ce dimanche 24 décembre, ne peut pas participer à la préparation de l’une des plus importantes fêtes familiales de l’année », relève Gottfried Locher, président du Conseil de la FEPS.

 

La FEPS a régulièrement réaffirmé l’importance du dimanche pour l’Église chrétienne et la société dans son ensemble. Le dimanche marque une pause dans la vie quotidienne et protège la liberté individuelle, car il met une limite à l’emprise de l’économie. Il crée ainsi un espace dédié à la détente, aux loisirs et à la rencontre. Une société qui ne s’accorde plus un moment de calme et de réflexion, qui ne prend plus le temps de participer à des célébrations religieuses et de vivre et cultiver ainsi ses traditions et ses racines, met en péril ses propres fondements.

 

La FEPS mentionne l’appel, allant dans le même sens, de la Conférence des évêques suisses « Pas de vente dominicale la veille de Noël » et  celui du Réseau évangélique suisse « Pas de Black Friday le 24 décembre ».

 

Source: www.feps.ch


United Methodist Church