Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Nouvelles et publications / Nouvelles
chercher

Joie

"La foi c’est l’amour, la paix et la joie dans l’Esprit Saint. La foi est ce qu’il y a de plus joyeux et de plus gai au monde. Elle est totalement inconciliable avec la morosité, la mauvaise humeur, la dureté de cœur et tout ce qui ne correspond pas à la douceur, à la bonté et à la bienveillance de Jésus."

John Wesley (1703 - 1791)

Détail des nouvelles

mardi 19. avril 2016 08:33Il y a : 3 yrs
/ Catégorie : De Suisse, Du monde

Connexio soutient l’« Appel »

En l’espace de deux semaines, 25 000 personnes ont déjà signé « L’Appel contre la faim et la pauvreté ». Une coalition de plus de 45 organisations non-gouvernementales (ONG), dont Connexio, exige de renforcer la coopération au développement.

La campagne pour sensibiliser le Parlement à l’engagement suisse dans la coopération au développement a démarré sur les chapeaux de roue. Soutenues par de nombreux éminents signataires initiaux, plus de 45 ONG suisses du développement, des droits humains et de l’environnement se mobilisent pour une Suisse ouverte sur le monde et solidaire, afin qu’elle alloue 0,7 % de son revenu national à la coopération au développement. Depuis quelques jours, Andreas Stämpfli, secrétaire exécutif de Connexio, figure lui aussi parmi les signataires initiaux.

 

« La Suisse est l’un des pays les plus riches au monde », écrit  Andreas Stämpfli au nom du Réseau pour la mission et la diaconie de l’Eglise Evangélique Méthodiste (EEM). Cette richesse implique la solidarité et un engagement durable contre la faim et la pauvreté dans le monde. Connexio serait également touché par une telle décision. La Direction pour le Développement et la Coopération de la Confédération suisse (DDC) soutient des projets de Connexio à hauteur de quelque CHF 180 000 par an. Ces moyens seraient certainement réduits.

 

Le 22 mars dernier, la commission des finances du Conseil national a décidé d’abaisser l’aide publique au développement à 0,4 % du revenu national brut. Cela signifie qu’il faudrait  diminuer au moins d’un quart la coopération au développement  à long terme de la Suisse, ce qui réduirait à néant  les succès du travail de longue haleine réalisé à ce jour. En automne 2015, le Conseil fédéral avait pourtant assuré, pour la énième fois, que la Suisse avait l’intention d’atteindre l’objectif international de 0,7 %.

 

Dans les semaines à venir, nos parlementaires vont décider de l’avenir de la coopération suisse au développement.

 

Aidez-nous à empêcher des coupes claires et signez l’« Appel » au Parlement !

 

Source : Andreas Stämpfli, www.connexio,ch / Alliance Sud,  www.alliancesud.ch


United Methodist Church