Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Qui sommes-nous / Portrait
chercher

But de la vie

"Je porte toujours cette question dans mon cœur : que dois-je faire pour tirer le meilleur de ma courte vie?"

John Wesley (1703 - 1791)

Portrait

L’Eglise Evangélique Méthodiste (EEM) en Suisse fait partie du paysage ecclésial suisse depuis plus de 150 ans. Elle compte aujourd’hui 112 paroisses et environ 12 500 membres et amis. Elle doit ses débuts à deux pasteurs anglicans, John et Charles Wesley, qui vivaient en Angleterre au 18ème siècle. Initialement, le terme de « méthodiste » était le surnom donné aux membres d’un cercle d’étudiants de l’Université d’Oxford, dont faisaient également partie à l’époque les frères Wesley, en raison de leur mode de vie extrêmement structuré. Ce mode de vie comprenait notamment l’étude quotidienne de la Bible, la prière, le jeûne et les œuvres charitables.

Théologie et ecclésiologie de l’Eglise

Lausanne

La vie et le ministère de l’EEM se fondent essentiellement sur l’Evangile biblique. L’Eglise connaît une compréhension différenciée de la Bible qui englobe également la tradition, la raison, au sens d’une saine capacité de réflexion, et l’expérience du vécu personnel quotidien. A cela s’ajoute une grande liberté par rapport au témoignage personnel au quotidien, un témoignage qui s’exprime par une foi active dans l’amour. L’EEM tient expressément à permettre et à préserver cette diversité. Le fondateur de l’Eglise, John Wesley, formulait cette attitude de la manière suivante : « Dans toutes les questions qui ne touchent pas aux racines de la foi chrétienne, nous nous en tenons à cette règle : penser et laisser penser. »

L’EEM demeure cependant une Eglise missionnaire, qui invite chacune et chacun à établir une relation personnelle avec Dieu. Quiconque souhaite devenir membre de l’Eglise doit confesser sa foi devant la communauté.

La plupart des pasteures et pasteurs de l’EEM ont été formés au Séminaire théologique de Reutlingen (Allemagne), mais les membres du corps pastoral au bénéfice d’autres formations théologiques sont également, et de plus en plus, nombreux.

Tous les méthodistes et toutes les paroisses méthodistes sont unis par un réseau mondial de relations et portent une responsabilité les uns envers les autres. Wesley avait coutume d’appliquer à ce système de solidarité qui caractérise la structure de l’Eglise le terme de « connexion », qui en anglais signifie "lien, relation". Les organes dirigeants de l’EEM sont composés à parts égales de pasteurs ordonnés et de laïcs. 

 

Proclamation de la parole associée à la diaconie

Liestal

Dans la perspective méthodiste, la proclamation de l’Evangile vise à amener des transformations aussi bien dans la vie personnelle que dans la société. Dès le départ, cette vision a inclus les pauvres, les sans-droits et les laissés-pour-compte de la société. C’est ainsi que les méthodistes ont joué un rôle important dans l’abolition de l’esclavage en Angleterre il y a plus de 200 ans.

En 1908, l’Eglise a adopté une déclaration portant sur des questions sociales. « Nous affirmons que le monde naturel est l’œuvre du Dieu créateur et nous veillons à la préserver, à l’améliorer et à faire en sorte que les hommes l’utilisent de manière responsable», disait ce texte. « Nous affirmons que devant Dieu tous les êtres humains ont la même valeur. C’est pourquoi nous nous attachons à promouvoir une société qui reconnaisse, préserve et consolide la valeur de chacun et de chacune », déclarent notamment les Principes sociaux adoptés en 1946 et régulièrement mis à jour depuis lors. Les engagements pris ne sont pas restés lettres mortes : les foyers pour personnes âgées, les hôpitaux, le foyer médico-social, les maisons de vacances et les hôtels sont autant d’exemples illustrant la manière dont l’Eglise se met au service de la société. Cet engagement s’étend également aux églises locales qui s’investissent autour d’elles en rendant visite à des personnes âgées et isolées, en organisant des repas communautaires, en travaillant avec les enfants et les jeunes, en ouvrant des garderies ou en accompagnant des marginaux.

Organisation et finances

L’EEM est enregistrée en Suisse en tant qu’association nationale. Elle occupe 115 employés. Les dépenses des différentes paroisses et de l’ensemble de l’Eglise sont entièrement couvertes par les dons versés par les quelque 12 500 membres et amis. Grâce à un système de péréquation financière entre les différentes paroisses, l’EEM Suisse veille à ce que les paroisses bénéficiant de moins de ressources puissent elles aussi assumer leurs dépenses. Un fonds a été constitué pour soutenir  l’implantation de nouvelles églises locales et financer leur développement durant leurs cinq à dix premières années d’existence.

 

L’EEM Suisse est conduite par l’Evêque Patrick Streiff et les quatre surintendants qui forment le Cabinet, ainsi que par un Comité directeur, qui s’occupe essentiellement des questions financières et immobilières de l’EEM Suisse. L’organe suprême de l’Eglise est la Conférence annuelle de l’EEM Suisse-France ; il se composé de tous les membres du corps pastoral et d’un nombre égal de membres laïques.

Histoire

Zurich Zelthof

En 1856, deux prédicateurs de langue allemande et membres de l’Eglise épiscopale méthodiste vinrent en Suisse et commencèrent à proclamer l’Evangile à Lausanne, où il existait une paroisse méthodiste francophone depuis 1840 déjà, et à Zurich. Dix ans plus tard, des prédicateurs de la « Evangelische Gemeinschaft », une autre branche de l’Eglise méthodiste, s’installèrent à Berne et y fondèrent une première communauté. Les efforts de ces missionnaires portèrent leurs fruits. Durant les 25 premières années, les deux branches méthodistes germanophones se développèrent rapidement. Les communautés existantes accueillirent de nouveaux membres et amis et leurs écoles du dimanche et chorales étaient souvent très fréquentées. L’année 1968 fut marquée par un événement important, à savoir la fusion, au niveau mondial, de ces deux branches de l’Eglise en une Eglise Evangélique Méthodiste (United Methodist Church).

Partie de l’Eglise mondiale

L’EEM fait partie de la United Methodist Church (UMC), qui compte plus de 10 millions de membres de par le monde.

L’EEM Suisse entretient des liens particuliers avec les communautés méthodistes d’Afrique du Nord, de France, d’Europe centrale et des Balkans, qui appartiennent également au diocèse de l’Evêque Partick Streiff. Elle a par ailleurs développé des relations d’amitié et de partenariat avec des Eglises méthodistes en Afrique et en Amérique du Sud ainsi qu’au Cambodge. Connexio, le Réseau Mission et Diaconie de l’EEM, finance divers projets dans ces différents pays. 

En Suisse, l’EEM œuvre en tant qu’organe de liaison entre les Eglises reconnues et les Eglises libres. Elle recherche la collaboration avec d’autres Eglises au plan local, ainsi que dans un cadre plus large, au sein du mouvement œcuménique, avec l’Alliance Evangélique Suisse (AES) ou la Fédération des Eglises libres et Communautés évangéliques en Suisse (VFG). Elle fait partie de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse (FEPS) et de la Communauté de travail des Eglises chrétiennes en Suisse (COTEC).

Barbara Streit-Stettler, courriel

Les œuvres

Service pour le travail avec les enfants et les adolescents Takano (en allemand uniquement)

 

Réseau Mission et Diaconie Connexio

 

Carrefour des femmes (en allemand uniquement)

 

Formation et Conseils (en allemand uniquement)

 

Groupe de travail Eglise et société (en allemand uniquement)

 

 

 

L'EEM du monde

L’EEM en Europe du Centre et du Sud  (en allemand et en anglais uniquement)

 

L'EEM en France

 

L’Eglise dans le monde (en anglais uniquement)

United Methodist Church