Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Nouvelles et publications / Nouvelles
chercher

Bon sens et Ecirture

"Je me laisse rarement guider par des impressions, mais plutôt, de manière générale, par le bon sens et les Saintes Ecritures."

John Wesley (1703 - 1791)

mercredi 04. février 2015 15:39Il y a : 3 yrs
/ Catégorie : Du monde

Louise Werder a consacré toute sa vie à la mission

Après une vie bien remplie, Louise Werder s’est éteinte le samedi 27 décembre 2014 à Lubumbashi, en République du Congo, peu avant son 95e anniversaire. Depuis 1970, elle travaillait comme missionnaire pour l’Église Évangélique Méthodiste (EEM) au Congo, un pays où elle se sentait totalement chez elle.

Mama Louise Werder

Louise Werder a passé toute sa vie au service des autres. Suivant l’exemple de Jésus-Christ, elle était ouverte et témoignait de l’amour à tout le monde. Malgré une faiblesse grandissante, elle a joyeusement participé à la vie communautaire pratiquement jusqu’au bout, tout en étant prête à quitter ce monde.

 

Louise Werder est née en 1920 à Möriken, dans le canton d’Argovie. Après l’école primaire et secondaire, elle s’est lancée dans un apprentissage de couturière à Wildegg et a exercé ce métier durant plusieurs années. Poussée par un désir croissant de venir en aide aux personnes dans le besoin, elle s’est ensuite inscrite à l’école sociale pour femmes de Zurich. Son diplôme en poche, elle est partie pour l’Algérie en 1950, mandatée par la société de mission des femmes méthodistes suisses pour s’occuper de la formation des femmes et des filles. Malgré les dangers, elle est restée dans ce pays tout au long des années sanglantes de la guerre d’indépendance, travaillant tour à tour en Kabylie, à Constantine et à Alger. En 1969, elle a été expulsée par la police algérienne. Une année plus tard, la société de mission des femmes méthodistes américaines l’a envoyée au Zaïre (l’actuelle République démocratique du Congo), où elle a vécu et travaillé jusqu’à sa mort. Elle a alors connu les débuts de l’ère Mobutu et subi les conséquences de la guerre civile au Ruanda, qui a provoqué l’une des plus grandes catastrophes humanitaires au monde. Initialement appelée à s’investir dans le travail avec les femmes, elle a ensuite commencé à enseigner dans une école secondaire, avant de devenir la secrétaire de l’évêque Katembo Kainda. En parallèle, elle a initié la création d’un atelier de couture au Centre Méthodiste de Lubumbashi, aidant ainsi les femmes à générer leurs propres revenus. Un autre projet d’entraide particulièrement réussi est le Café « Chez Nous », fondé après son départ officiel à la retraite, qui vend aujourd’hui encore près de 200 repas par jour.

 

Aussi longtemps que sa santé le lui a permis, Louise Werder a passé pratiquement toutes ses journées dans ce café. Elle se sentait tellement chez elle au Congo, que malgré son grand âge elle n’a pas voulu rentrer en Suisse. L’évêque Katembo et les femmes du Café, qu’elle considérait comme sa famille, prenaient grand soin d’elle. Exauçant ses dernières volontés, ils l’ont enterrée au Congo.

 

Une fête de commémoration a été organisée pour ses amis et ses proches à Hunzenschwil, en Argovie, le 24 janvier dernier. À cette occasion, des personnes venues de Suisse et du Congo ont fait revivre un peu de l’esprit et de la personnalité de cette femme hors du commun, qui a mis toute sa vie au service du Seigneur.

 

Source : Connexio


RSS NEWS FEED

Pour vous abonner au RSS News Feed de l’EEM, veuillez cliquer ici:
RSS News Feed

United Methodist Church