Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Nouvelles et publications / Nouvelles
chercher

Bon sens et Ecirture

"Je me laisse rarement guider par des impressions, mais plutôt, de manière générale, par le bon sens et les Saintes Ecritures."

John Wesley (1703 - 1791)

mardi 24. avril 2012 09:34Il y a : 6 yrs
/ Catégorie : D'Europe

Parmi les Roms, minorité en souffrance

Urs Schweizer, assistant de l’évêque Patrick Streiff, suit de très près le développement de l’Église évangélique méthodiste (EEM) dans les pays de l’Est. Il encourage l’établissement de partenariats entre églises de l’Est et de l’Ouest. Il témoigne de l’engagement de nos frères de l’Est les plus pauvres à une prédication à Munster.

Au culte de la communauté des Roms à Alsozsolca

Dans les pays de la Conférence centrale du Centre et du Sud de l'Europe de l’EEM vivent 1,7 million de Roms. Ils ont été sédentarisés, il y a des générations déjà, et on aurait tendance à penser qu’ils y ont leur place aujourd’hui. Or, il n’en est pas ainsi partout. Premièrement, ils vivent souvent dans leurs propres lotissements ou villages et, deuxièmement, ils sont encore et encore submergés de tout un assortiment d’expériences négatives. Ils souffrent de préjugés comme de la persécution, sans compter de la calomnie et de l’exclusion – notamment de la part de ceux qui devraient justement les protéger. Les enfants et adolescents Roms ont souvent une très mauvaise instruction scolaire (en Serbie, 10 % des adolescents Roms fréquentent les lycées, tandis que ce sont 84 % quand on se réfère à la population entière) et, par conséquent, plus tard, sur le marché du travail, ils en sont bel et bien pour leurs frais. Le chômage est ensuite l’une des causes de la grande pauvreté dans laquelle vivent beaucoup de familles Rom. Là où il y a de la pauvreté, là se développe souvent la petite criminalité, ce qui crée logiquement quantité de nouveaux problèmes. Et là où il y a de la pauvreté, là souffrent aussi les enfants. Ainsi, en Serbie, un enfant Rom sur trois est sous-alimenté ou physiquement attardé.

 

L’amour de Dieu les touche

 

Depuis longtemps, il y a des hommes, dans l’Église Évangélique Méthodiste, qui ne s’intéressent pas aux préjugés mais qui préfèrent partager plutôt l’amour de Dieu, notamment avec ces Roms. Ainsi est née, il y a plus de cinquante (50) ans, à Alsozsolca, au nord-est de la Hongrie, une communauté rom ; et aujourd’hui, il existe en tout environ 20 communautés roms constituées principalement ou presque uniquement de Roms, en République slovaque, Serbie, Hongrie, Macédoine et Bulgarie.

 

Mais les responsables de ces communautés sont conscients que leur service ne peut pas se restreindre à la transmission orale de l’Évangile, même si tel est leur grand souhait, que ce soit par le travail avec des enfants et adolescents, par la musique, dans des cercles privés ou lors des cultes. Or, il leur faut aussi fournir de l’aide pratique.

 

En mettant à la disposition des Roms un lopin de terre et des outils pour qu’ils puissent cultiver des légumes et se prendre en charge ; en leur procurant des instruments de musique pour qu’ils puissent jouer à des mariages ou des enterrements et gagner ainsi de l’argent ; en proposant de l’aide médicale et des conseils sur des questions d’hygiène et de santé ; en les soutenant dans le domaine scolaire ou en leur offrant tout simplement des vêtements ou un repas chaud.

 

Que l’amour de Dieu change les Roms est également perçu par l’entourage. C’est ainsi que des membres de la communauté à Alsozsolca se portent volontaires pour nettoyer régulièrement une partie de leur ville, en ramassant les ordures qui traînent – une action qui est bien appréciée par l’administration. Et un directeur d’école a dit récemment que les enfants de la communauté se comportent beaucoup mieux à l’école et qu’ils apprennent mieux que les autres enfants.

 

Source: eemni, Urs Schweizer


RSS NEWS FEED

Pour vous abonner au RSS News Feed de l’EEM, veuillez cliquer ici:
RSS News Feed

United Methodist Church