Vous vous trouvez ici: Page d'accueil / Nouvelles et publications / Nouvelles
chercher

Raison et Esprit

"Pour nous guider, Dieu nous a doté de raison. Cela n’exclut cependant pas l’action silencieuse de son Esprit."

John Wesley (1703 - 1791)

mercredi 03. août 2011 10:56Il y a : 7 yrs
/ Catégorie : D'Europe

En Allemagne, la charité commence par... payer des impôts

Alfred Mignon, 61 ans, pasteur méthodiste dans un village de Bavière, se bat avec les autorités allemande pour pouvoir faire un don à une famille en difficulté sans que celui-ci ne soit imposé à hauteur de... 33 600 euros.

© Sueddeutsche.de | Alfred Mignon

Un pasteur a gagné 125.000 euros à un jeu télévisé et voulait faire un don à une famille surendettée avec sept enfants, mais le fisc s’en est mêlé, raconte le Süddeutsche Zeitung vendredi.

Alfred Mignon, 61 ans, ancien électricien devenu pasteur méthodiste dans un village de Bavière proche de la frontière autrichienne, a participé il y a trois mois à la version allemande de "Qui veut gagner des millions ?". Et avec succès, puisqu’il en était reparti récompensé de 125.000 euros.

 

D’idées sur l’utilisation de cet argent, le pasteur ne manquait pas, et il avait déclaré à Günther Jauch, le très populaire présentateur de l’émission, vouloir faire don de 110.000 euros à une famille avec sept enfants pour la sortir du surendettement.

Là, parmi la petite dizaine de millions de téléspectateurs qui suit l’émission fidèlement se trouvait un fonctionnaire du fisc, qui lui notifia que ce geste généreux lui coûterait quelque 33.600 euros au titre de l’impôt sur les donations.

"Le service des impôts ne fait que son travail. Ainsi sont les lois", soupire, philosophe, le pasteur dans un entretien au quotidien bavarois. "C’est comme ça dans notre pays. Si vous faites un don supérieur à 20.000 euros à quelqu’un, il faut payer un impôt sur les donations".

L’homme d’Eglise a bien songé à partager le don entre les quatre membres majeurs de la famille, mais "cela pourrait être interprété comme une tentative pour contourner (l’impôt) par les services fiscaux", ajoute-t-il.

Il espère "un règlement amiable exceptionnel". "Nous essayons d’obtenir du gouvernement une attestation de dispense d’imposition. Si ce père de famille retrouve une stabilité financière, il redeviendra bien à un moment un contribuable pour l’Etat", explique le pasteur Mignon.

 

Source: Tribune de Genève, 22.7.2011


RSS NEWS FEED

Pour vous abonner au RSS News Feed de l’EEM, veuillez cliquer ici:
RSS News Feed

United Methodist Church