Sie befinden sich hier: Startseite / News und Publikationen / News
Donnerstag 31. Januar 2013 10:08Alter: 6 yrs
/ Kategorie: Schweiz

Le patron de la Migros Herbert Bolliger tape sur les doigts des Eglises

L'extension des heures d'ouverture en soirée et le dimanche dans les stations services crée des remous. Le patron de la Migros Herbert Bolliger tape sur les doigts des Eglises, qui s'engagent en faveur du référendum. « Les Eglises devraient se tenir à l'écart de ce débat », a-t-il affirmé dans la SonntagsZeitung.

« Que de bruit pour peu de choses! dit encore le patron du géant orange. En Italie, où le pape habite, beaucoup de magasins sont ouverts le dimanche. Et pourtant la foudre n'est pas tombée sur le Vatican. » Herbert Bolliger a invité l'Abbé d'Einsiedeln (SZ) Martin Werlen à ne pas prendre part au débat. Motif de cette réaction: l'Abbé d'Einsiedeln a plaidé, au nom des catholiques et des protestants, en faveur du dimanche férié lors du lancement du référendum contre l'ouverture non-stop des stations-service début janvier.

« Le dimanche férié doit profiter à la famille, aux amis et à la communauté. Cette journée permet aussi de partager la célébration religieuse », a-t-il noté, soulignant aussi que « l'homme n'est pas là pour l'économie ».

 

L'Alliance pour le dimanche réunit une vingtaine d'organisations. Parmi elles le PS, les Verts, les syndicats Unia, Syna, syndicom, Travail.Suisse, l'USS, la Société suisse de médecine du travail, la Fédération des Eglises protestantes de Suisse, les femmes protestantes, l'Eglise évangélique méthodiste et la commission Justice et Paix de la Conférence des évêques suisses.

 

En décembre dernier, les Chambres fédérales ont voté une modification de la loi sur le travail autorisant « les magasins des stations-service qui sont situés sur les aires des autoroutes ou le long d'axes de circulation importants » à occuper des employés la nuit ou le dimanche.

 

Fixer une limite à la logique marchande

 

« A première vue, ce changement semble modeste », écrit l'Alliance du dimanche. Mais elle estime nécessaire « de fixer une limite à la logique marchande ». Le travail du dimanche comme le travail de nuit ont des effets négatifs pour la santé: c'est aussi un lourd handicap pour la vie sociale et familiale. Le délai pour la récolte des signatures pour le référendum « Non à la journée de travail de 24 heures » court jusqu'au 15 mars.

Il s'agissait sans doute de l'une des dernières interventions politiques de Martin Werlen. Il a annoncé mardi qu'il arrivait au bout de son mandat de douze ans à la tête des couvents d'Einsiedeln (SZ) et de Fahr (ZH). Il va demander à rentrer dans le rang dès la fin de l'année. L'homme, âgé de 50 ans, a annoncé son départ sur Twitter avec un lien sur le communiqué du couvent.

 

Source: www.ref.ch / www.protestinfo.ch


RSS NEWS FEED

Hier können Sie den
RSS News Feed
der EMK abonnieren

Wie geht das?

United Methodist Church